"Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours." Xavier Tartacover

Le 07/11/2016 à 20:39

Auteur : Hugo

Victoire 4-0 en critérium Dame !

L'équipe Potemkine composée de Georges, Christian, Aurélien et moi-même s'est imposée sans coup férir 4-0  en déplacement à Juvisy,  les vainqueurs de la compétition de l'année dernière.

Après un trajet en voiture presque sans encombres, ponctué par nos vaines tentatives  de convaincre Georges d'arrêter de martyriser son moteur en ne restant pas en deuxième à 80 km/h, et de ne pas accélérer à 30 mètres d'un obstacle, nous sommes parvenus juste à temps à destination.  Nos adversaires affichaient des classements Elo supérieurs aux nôtres, légèrement pour Aurélien et Christian (env -20), plus nettement  pour Georges (-50) et pour moi (-140).

Georges a terminé le premier, en démontrant  brillamment qu'une paire de cavaliers bien maîtrisée est supérieure à une paire de fous dans certaines positions fermées.

Aurélien a ensuite ajouté  le deuxième point en mettant la pression à son adversaire et en ayant la lucidité au moment critique de ne pas gagner une pièce adverse enfermée, ce qui aurait permis à la dame blanche d'investir le refuge de son roi. Le gain est venu quelques coups après, j'étais trop absorbé par ma partie  pour comprendre exactement comment.

J'ai pour ma part  joué avec les noirs une Alapine douteuse 1.e4 c5 2.c3 Cf6 3.e5 Cd5 4.d4 cxd4 5.Cf3 d3?  avec l'idée de contrarier la volonté des blancs de constituer un centre fort, opération réussie mais au prix d'un grave retard de développement des noirs. J'ai pris beaucoup de temps pour tenter de colmater les brèches, les blancs n'ont probablement pas joué les coups les plus incisifs et j'ai réussi à équilibrer la position.  Mon adversaire a consommé son avance au temps en tentant de reprendre  l'avantage,  puis a commis  une erreur qui lui a couté un  pion.  Après quelques coups joués en zeitnot, les Blancs m'ont laissé placer un mat en 2, une issue un peu miraculeuse au vu de la partie  après 8 coups.

Christian,  fidèle à ses habitudes,  restait le dernier à jouer, devant convertir une finale de tours avec un pion de plus pour ne pas être le seul à ne pas gagner,  ce qui lui aurait coûté  une nouvelle bouteille ; comme dans la voiture il nous parlait justement de sa cave remplie de Pétrus et d'Yquem (je donne son adresse en message privé contre rémunération), nous n'aurions pas été contre,  mais Christian était manifestement motivé et a su trouver le gain. Pas d"inquiétude, il nous doit encore au moins une bouteille...

Nos adversaires  d'abord un peu contrariés ont su  dans un deuxième temps prendre cette Fanny avec humour, et nous nous sommes quittés en prenant l'engagement de faire subir le même sort aux autres adversaires de notre poule...


Commentaires

Ajouter un commentaire